Alors que le marché des cryptoactifs connaît une nouvelle baisse depuis le 15 novembre, Ripple, via son token XRP, perd moins de valeur et vient de prendre la deuxième position en terme de capitalisation de marché, devant Ethereum. Ripple est sujet à de nombreuses controverses : ses partisans le voit comme le nouveau Bitcoin et ses détracteurs le considèrent comme un système centralisé au token inutile. Coinhouse s’intéresse donc à la proposition de valeur du ‘’système Ripple’’ pour démêler le vrai du faux.

Bitcoin et Ripple, deux réseaux d’échange difficilement comparables

De nombreux clients viennent au Coinhouse Store, curieux au sujet de Ripple et désireux d’acheter des tokens XRP. La première étape consiste à bien prendre conscience que Bitcoin et Ripple sont deux choses très différentes, voire opposées.

bitcoin logoBitcoin est un protocole et un système d’échange de valeur pair à pair qui a été le premier à utiliser la technologie Blockchain. Sa blockchain est publique et résistante à toute censure : son fonctionnement est rapide mais surtout décentralisé et a fait ses preuves en matière de sécurité. Ces caractéristiques font que les échanges sont possibles avec un degré de confiance minimal entre les utilisateurs.

Ripple logoRipple est une entreprise qui, via la technologie de la blockchain, a développé un système d’échange d’actifs sous la forme d’IOU (I Owe You) et de valeur (le token XRP). Ce système permet des transactions plus rapides – près de 1500 par seconde selon le site de Ripple – mais nécessitant une confiance bien plus importante entre les différents acteurs du système, ce qui remet de facto en doute la caractéristique de décentralisation. Nous allons voir pourquoi.

XRP, Bitcoin et de nombreux autres cryptoactifs sont d’ailleurs disponibles à l’achat et à la vente dans notre Coinhouse Store à Paris, ou sur notre plateforme en ligne coinhouse.com.

Ripple, un réseau plus rapide mais moins résistant ?

Ripple fastLe mécanisme de consensus de la blockchain Ripple est bien différent de celle de Bitcoin. Bitcoin à recours à la preuve de travail, qui permet de donner une incitation économique à toute personne souhaitant participer au fonctionnement du réseau via l’inflation monétaire : c’est le principe du minage où les mineurs utilisent de la puissance de calcul pour valider des transactions et reçoivent en échange des bitcoins. C’est un modèle où les acteurs n’ont pas besoin de se faire confiance car tout le monde à intérêt à sécuriser le réseau de manière honnête pour continuer à gagner de l’argent : c’est le modèle décentralisé.

Au contraire, Ripple choisit un modèle qui nécessite un certain degré de confiance, puisque aucune rémunération n’est prévue pour faire fonctionner le réseau et qu’il n’est pas possible de miner du XRP : les tokens sont émis par l’entreprise Ripple.

Par ailleurs, la “blockchain” Ripple pèse autour de 8TB, contre 200GB pour Bitcoin, ce qui diminue fortement le nombre de “validateurs” potentiels. En effet, une personne souhaitant devenir un noeud de la Blockchain Bitcoin doit simplement la télécharger sur son ordinateur. Or, un espace de stockage de 200GB reste raisonnable, mais peu de personnes disposent de 8TB, nécessaires pour devenir un noeud de la Blockchain XRP.

Les validations du réseau contrôlées par l’entreprise Ripple ?

Il est possible d’être un validateur de la blockchain XRP sans demander l’autorisation de Ripple. Mais afin de s’assurer que les transactions soient validées par des acteurs bienveillants, il existe une liste de validateurs appelés UNL (Unique Node Lists) qui recommande par défaut les noeuds auxquels les validateurs devraient se connecter. Parmi cette liste, environ la moitié des noeuds appartient à l’entreprise Ripple. Pour intégrer cette liste, il faut avoir prouvé que l’on est capable de maintenir le noeud 24/7, d’intégrer les mises à jour très rapidement, et être identifiable. Ce n’est pas à la portée de tout le monde.

Ripple_logo

Cette architecture permet à Ripple de mettre en place une vitesse de bloc de transactions bien plus rapide que sur Bitcoin, avec des transactions qui peuvent être validée en moins de quatre secondes, presque aussi rapidement que sur le Lightning Network. Cependant, la notion de confiance redevient nécessaire dans une certaine mesure puisqu’un grand nombre de validateurs sont liés à l’entreprise Ripple.

Pour ce qui est du code, le code source de Ripple est open-source, contrairement à ce que beaucoup pensent.

Une politique économique plus malléable, contrôlée par la société Ripple

XRP, c’est 40,3 milliards d’unités actuellement en circulation sur un total de 100 milliards. Aujourd’hui 59.7 milliards d’unités sont donc contrôlées par la société privée Ripple car c’est elle qui les émet sur le marché. Par ailleurs, 81% du nombre total d’unités est contrôlé par les 100 adresses les plus riches.

La société Ripple a le droit de mettre sur le marché jusqu’à 1 milliard d’XRP par mois. Ainsi, au dernier trimestre, ce sont 163 millions d’XRP qui ont été mis sur le marché. Une partie est réservée à de la vente en OTC pour de gros clients et institutionnels, alors qu’une autre partie est vendue sur le marché.

La société Ripple a donc un contrôle important sur la politique d’émission monétaire du token, tout en ayant une source de revenue constante via la vente de nouvelles unités sur le marché et en OTC tous les trimestres.

Acheter du XRP, c’est investir dans quoi ?

XRP est le token natif du système Ripple. Il exerce différentes fonctions :

  • Une unité de valeur qui peut être rapidement transférée d’un compte à un autre
  • Des frais de transactions qui servent d’anti-spam et qui sont brûlés – diminution du supply
  • Une permission d’ouverture de compte : chaque compte requiert un montant de 20 XRP qui seront séquestrés à jamais.

À quels besoins l’entreprise Ripple prétend répondre ?

investissement questionLa solution que souhaite apporter l’entreprise Ripple est un service permettant de transférer tout type d’actifs à travers le monde (devises, or, pétrole…), sous le forme d’IOUs. Les IOUs sont des tokens qui représentent l’actif en question pour le temps de la transaction, et qui peuvent être rapidement envoyés au même titre que les XRP sur la plateforme.

Dans ce système, le récepteur d’IOU doit avoir confiance en l’émetteur et en sa capacité d’échanger l’IOU contre l’actif qu’il représente. L’entité émettrice a donc besoin d’être connue et réputée pour que les échanges se passent sans crainte. C’est la raison pour laquelle les institutions financières sont intéressées par la solution de Ripple comme alternative au système SWIFT pour leurs transferts bancaires internationaux.

C’est un système intéressant dans le cas où les deux entités se connaissent. Dans le cas de deux particuliers, les incertitudes sont déjà beaucoup plus grandes. Mais Ripple n’a jamais déclaré que ses solutions étaient destinées au grand public pour du transfert pair à pair. D’ailleurs, à quoi sert le token XRP dans tout ça ?

Xcurrent et Xrapid : deux solutions à bien comprendre

L’entreprise Ripple a mis au point deux solutions principales qui utilisent des protocoles différents nommés Xcurrent et Xrapid :

  • Xcurrent permet l’échange d’IOU via RippleNet. C’est la solution qui est la plus intéressante aux yeux des institutions, car elle permet l’envoi d’IOU à moindre coût (quelques fractions d’XRP).

Xrapid met quant à elle le token XRP au centre du tableau, l’actif servant de pont. Par exemple, si une banque espagnole A souhaite envoyer 10M€ à une banque péruvienne B, celle-ci convertira d’abord les 10M€ en XRP auprès de “fournisseurs de liquidité”, enverra les XRP en quelques secondes, et la banque réceptrice échangera ces XRP auprès d’autres “fournisseurs de liquidité” contre 10M€ en Sols péruvien. Ce système devra atteindre un certain point d’inflexion avant d’être réellement efficace. Il est vrai que le problème de la volatilité d’XRP peut être un obstacle à l’utilisation de ce procédé. Toutefois, le transfert en XRP ne durant que quelques secondes, les problèmes liés à la volatilité restent peu probables, surtout si le marché est suffisamment capitalisé.

Ceux qui investissent dans le token XRP spéculent donc sur l’utilisation du système Xrapid à grande échelle. 

xrapid_xrp

Pourquoi XRP vaut-il moins d’un dollar ?

Peut-il atteindre la même valorisation par unité que Bitcoin ? L’une des motivations d’achat du XRP que nous entendons parfois est le fait qu’il ne soit ‘’pas cher”, et que son potentiel de retour sur investissement serait extrêmement important s’il connaissait le même succès que Bitcoin. Ce raisonnement est malheureusement trop simpliste.

Aux cours actuels du 23 novembre 2018, si Ripple atteignait la capitalisation de marché de Bitcoin, un XRP vaudrait 1,94€, et non pas 3800€. Cela est dû au fait qu’il existe une quantité beaucoup plus importante d’XRP en circulation : 40,3 milliards d’unités, contre 17,3 millions pour Bitcoin. Ainsi, si un XRP devait atteindre une valorisation égale à celle d’un BTC, la capitalisation de marché de Ripple serait de 182 trilliards d’euros, un chiffre hautement improbable.

XRP est en définitive bien différent de la plupart des autres cryptoactifs à plusieurs égards. Même si tout le monde peut en théorie être validateur sur la blockchain XRP, les conditions exigées sont des freins à l’entrée. Les solutions que l’entreprise Ripple propose d’apporter ne sont pas inintéressantes, mais il est important de comprendre quelle est la proposition de valeur des actifs dans lesquels on investit. Coinhouse invite donc à approfondir d’autant plus le sujet, notamment sur l’implication de l’entreprise Ripple dans le token XRP, avant d’investir dans cet actif.

 

partages
Bitnami