Avec le retour de l’optimisme sur les marchés des actifs numériques, le mining a de nouveau le vent en poupe. Cette manière de produire des cryptomonnaies semble plus attractive sur Ethereum car ce réseau reste intrinsèquement résistant au déploiement de matériel spécialisé (ASICs) et est donc ouvert à tout propriétaire d’un ordinateur standard.

Un minage pensé pour être ouvert à tous

Le minage consiste à contribuer à la sécurisation d’une blockchain publique en apportant une contribution en terme de puissance de calcul. En échange de cet apport, de nouvelles unités de cryptoactifs sont générées pour récompenser les mineurs au prorata de leur puissance de calcul.

Le minage consiste à contribuer à la sécurisation d’une blockchain publique en apportant une contribution en terme de puissance de calcul

Le minage sur Ethereum est une activité ouverte à tous sans restriction, en principe, puisqu’il suffit d’un ordinateur disposant d’une connexion à internet. Un ordinateur un peu inhabituel cependant. Le minage Ethereum utilise exclusivement la puissance des cartes graphiques habituellement destinées aux jeux vidéo.

Les ordinateurs dédiés au minage se composent donc habituellement d’une carte mère, d’un processeur de faible puissance, et de plusieurs (jusqu’à 18) cartes graphiques. Dans ce domaine, AMD avec sa gamme RADEON offre des performances plus élevées que son concurrent NVIDIA avec sa gamme GEFORCE.

Ensuite, un système d’exploitation GNU/Linux tel que les spécialisés EthOS ou SMOS pour ceux qui souhaitent dédier une machine au mining est conseillé, car il offre les performances optimales, mais non obligatoire. Il est du coup possible de mettre à profit un ordinateur standard lorsqu’il n’est pas utilisé pour ses fonctions principales à l’aide d’un logiciel installé sur Windows ou MacOS.

Enfin, il faudra rejoindre une ‘’mining pool’’ pour mutualiser sa puissance de calcul avec d’autres acteurs qui disposent de matériel. La puissance de calcul totale du réseau actuel est telle qu’il est plus probable de remporter 5 fois de suite l’EuroMillions que de créer seul un bloc Ethereum avec un matériel à taille humaine.

Il faut rejoindre une ‘’mining pool’’ pour mutualiser sa puissance de calcul avec d’autres acteurs qui disposent de matériel

Les Pools sont des services informatiques spécialisés qui organisent et optimisent la puissance de calcul provenant d’acteurs multiples afin de maximiser les chances de produire un bloc. Lorsque cela arrive, la Pool redistribue à hauteur de la contribution de chacun la récompense obtenue. Un système mutualiste qui a fait ses preuves.   

Une concurrence féroce

La contrepartie d’un système ouvert à tous sans restrictions est qu’il s’agit d’un cas rare de “concurrence pure et parfaite”, une activité qui n’est rentable que pour les acteurs bénéficiant “d’avantages comparatifs” qui seront dans une situation privilégiée.

Ces avantages peuvent correspondre à des économies d’échelle lorsque l’activité est pratiquée à une taille industrielle, une commande en forte quantité de materiel qui permettra des rabais auprès des fournisseurs, une activité professionnelle qui évitera certaines taxes et dans certains cas comme au Québec ou en Chine, ou un prix de l’électricité particulièrement bas résultant d’une négociation ou de conditions particulières.

Pour un acteur individuel sans avantages concurrentiels, le minage n’est tout simplement jamais une opération profitable

La solution la plus simple est parfois la meilleure

Depuis plusieurs années, en comparant une somme investie dans du matériel de mining et la même somme utilisée pour directement acquérir des cryptoactifs, c’est acheter des cryptoactifs, notamment via notre plateforme Coinhouse, qui sera toujours la plus rentable.

La puissance de calcul attribuée au réseau étant toujours croissante et le matériel toujours plus vite obsolète, il est simplement impossible pour un acteur individuel de produire autant d’Ether avec le mining que la quantité qui peut être simplement achetée pour le même capital investi.

Cependant, pour une activité annexe qui profite d’un matériel déjà acquis pour un autre usage tel qu’un ordinateur dédié au gaming, seul le coût électrique est à prendre en considération et le mining peut être envisagée comme activité de complément qui produira alors des revenus limités.

L’un des attraits du mining est qu’il ne semble a priori nécessiter qu’un investissement initial qui produira au fil du temps des retours. Ce qui est souvent oublié est que le coût électrique d’un appareil dédié à la puissance de calcul et qu’il faut faire fonctionner en permanence n’est pas nul, que le matériel devient rapidement obsolète, et que l’investissement de départ représente une immobilisation de capital qui aurait pu être utilisé autrement.

Chez Coinhouse, nous pensons qu’une stratégie plus optimale consiste à envisager un investissement initial et ensuite de renforcer cet investissement à intervalles réguliers, afin d’obtenir une exposition plus progressive dans les actifs numériques et un retour sur investissement plus probable.

Don't miss out!
Devenez un investisseur averti !

Vous avez aimé ce contenu ? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez un condensé de l'actualité décryptée par nos experts !

Invalid email address
Votre email est en sécurité, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Leave A Reply

partages
Bitnami