Il y a 10 ans jour pour jour, un inconnu utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto générait le premier bitcoin via le “Genesis Block”. Un anniversaire à ne pas confondre avec la publication du ‘’Whitepaper’’ le 31 octobre 2008. Malgré les prédictions répétées par de nombreuses personnalités annonçant sa mort prochaine, le premier et plus célèbre des cryptoactifs affiche une insolente santé.

Le premier bloc de la blockchain Bitcoin ne contenait qu’une seule transaction, générant les 50 premiers bitcoins. Faute de participants sur ce réseau qui en était à ses tout débuts, il n’y eut pas de transactions entre comptes et aucun autre bloc ne fut créé pendant plusieurs jours.

Genesis block

Ce bloc contient par ailleurs un message intéressant, codé en hexadécimal :

Genesis block message

Traduit en texte, ce message est la Une du Times de Londres du 3 janvier 2009 :

Times front page January 3rd 2009

Le Bitcoin est-il politique ?

Pourquoi mettre cette information dans le premier bloc de Bitcoin ? Faut-il y voir un message politique ? Bitcoin est en effet le produit d’une époque subissant de plein fouet les conséquences de la crise de 2008 et du sauvetage des banques par les États. Des recours massifs à “la planche à billets” et aux “bailouts” ont alors lieu, en utilisant l’argent de contribuables, pour maintenir à flots les organismes privés dont l’exposition à des investissements risqués et à de la dette massive met en péril le système financier international.

Money stocks

Bitcoin est une réponse innovante à ces événements en étant une monnaie qui n’appartient ni aux banques, ni aux États et propose un modèle de gestion et  une politique de création monétaire autonomes et extrêmement difficiles à modifier. Il est disponible à l’achat et à la vente sur notre plateforme Coinhouse.com

Mais, si le message politique du Genesis Block peut sembler hautement symbolique, le choix d’utiliser la Une d’un grand journal correspond probablement à une raison plus pragmatique : la preuve de “nouveauté” (Proof of Freshness). Le principe de l’horodatage, très utilisé dans le cadre de la protection de la propriété intellectuelle, permet de démontrer qu’une donnée ne peut pas être antérieure à une date donnée.

Un protocole et des règles établies depuis l’origine

Satoshi Nakamoto démontre ainsi irrévocablement que le 3 janvier est bien la date du premier bloc et qu’il n’a à aucun moment pu ‘’préminer des blocs’’, et tricher pour s’octroyer des bitcoins supplémentaires.

Dix ans après, jour pour jour, la Une du Times de ce 3 Janvier 2019 comprend une référence au Bitcoin en bas de page :

Times front page January 3rd 2019

Le Bitcoin en chiffres

Une croissance phénoménale

Aucun actif n’a connu de croissance similaire à celle de Bitcoin. Le premier cours connu de la cryptomonnaie, défini sur le site d’échange New Liberty Standard donnait l’équivalent de 1309.03 BTC pour un dollar US le 5 octobre 2009. Cela correspondait plus ou moins à une capitalisation de marché de 1069 dollars en considérant que 1,4 millions de Bitcoins étaient alors en circulation.

En se basant sur une valeur actuelle de 3830 dollars, l’actif a donc multiplié sa valeur par 5 013 584, soit une performance avoisinant 500 000 000% sur 10 ans!

Un réseau à l’épreuve du temps et des attaques

La puissance de calcul dédiée à sécuriser la blockchain Bitcoin a augmenté exponentiellement depuis sa création, passant de quelques millions de hash par seconde au cours de sa première année à 60 exahash/seconde (60^18 hash/s) à son plus haut en 2018. Cela signifie qu’attaquer le réseau Bitcoin devient de plus en plus coûteux et compliqué au fur et à mesure du temps.

Puissance de calcul sur le réseau Bitcoin

Une participation grandissante

Bitcoin, c’est surtout une communauté d’utilisateurs et de développeurs qui permet au protocole de s’améliorer constamment, que ce soit pour améliorer sa sécurité, sa confidentialité, ou encore sa scalabilité.

Une vidéo résume les différentes contributions faites au code Bitcoin de 2009 à 2018.
Bitcoin alimente de nombreuses controverses et reste un actif ciblé et attaqué sans relâche par de nombreux économistes, politiciens, et médias qui l’ont déjà déclaré mort 339 fois depuis sa création. Sa technologie disruptive et ses caractéristiques de monnaie sans frontières gérée collectivement par sa communauté bousculent nos sociétés et laissent entrevoir de grands bouleversements possibles. Bitcoin sera-t’il l’initiateur d’un véritable changement de paradigme économique et financier ? Rendez-vous dans 10 ans !

Don't miss out!
Devenez un investisseur averti !

Vous avez aimé ce contenu ? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez un condensé de l'actualité décryptée par nos experts !

Invalid email address
Votre email est en sécurité, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
partages
Bitnami