Cet article en deux parties a vocation à faire comprendre l’évolution du Bitcoin et de sa technologie : la Blockchain. Dans cette deuxième partie, nous nous intéressons à la période allant de fin 2014 à aujourd’hui. Si vous n’avez pas lu la première partie, découvrez là ici.

2014 à 2016, une période de troubles et d’incertitudes pour Bitcoin 

À la suite du scandale de la plateforme MtGox et de la disparition de 700 000 bitcoins, la confiance des investisseurs est fragilisée. La blockchain devient la technologie de la résilience… pendant 1183 Jours. Le Bitcoin ne retrouvera pas son prix le plus haut de 1176$ avant l’année 2017.

bitcoin chart 2014 2016

Pour ne rien arranger, la communauté Bitcoin se divise autour de débats techniques, notamment celui de la scalabilité – la capacité du réseau à exécuter un grand nombre de transactions le plus rapidement possible. Pour cela, certains souhaitent que chaque bloc puisse contenir plus de transactions, et d’autres veulent faire évoluer Bitcoin autrement, misant sur la sécurité avant les espoirs de profits ou d’usage à court terme. Il en va donc de questions autour des caractéristiques de la blockchain Bitcoin en elle-même.

À cette période, le Bitcoin peine à évoluer et son prix est peu volatile. Constatant la morosité des investisseurs, certaines personnes vont créer de nouveaux cryptoactifs. Quelques-uns répondent à de véritables besoins, beaucoup ne sont que des clones de Bitcoin, voire de vraies arnaques. Mais toutes retiennent l’attention des spéculateurs : c’est le début de l’ère des ‘’Altcoins’’.

La naissance d’acteurs majeurs

altcoins période 2014 à 2017Le Bitcoin devient l’actif référentiel et les paires BTC/Altcoins fleurissent. Ces nouveaux cryptoactifs, à la capitalisation plus faible et à la volatilité plus importante, permettent aux spéculateurs compétents de faire des profits plus rapides. D’autant qu’ils peuvent désormais le faire sur de nouvelles plateformes plus sérieuses que dans les années précédentes : c’est dans ce “Bear Market” qu’apparaissent Poloniex, Kraken ou encore le géant Okcoin, des noms familiers pour les utilisateurs crypto.

C’est aussi en 2014 que l’écosystème devient plus mature : alors que les acteurs opportunistes qui ne profitaient que de la ‘’mode’’ du Bitcoin disparaissent, des acteurs importants les remplacent tels que Ledger, BlockSteam, Ethereum, Consensys et tant d’autres acteurs majeurs. Coinhouse – anciennement La Maison du Bitcoin – est également fondée en 2014. En plus d’un travail pédagogique, Coinhouse permet rapidement d’acheter et de vendre des bitcoins.

Début 2015, alors que le Bitcoin touche son point le plus bas du marché baissier à 150$ (-86% depuis le plus haut de novembre 2013), des investisseurs avisés misent sur la technologie et fondent des start-up. Une stratégie qui portera ses fruits pour de nombreux développeurs et entrepreneurs, rassemblés dans l’objectif d’offrir l’infrastructure de demain et de créer des solutions basées sur la blockchain. Certains d’entre eux sont aujourd’hui millionnaires.

Ethereum : le début des smart contracts et des tokens

ethereum logoCes investissements portent peu à peu leurs fruits. L’écosystème se développe à nouveau positivement et la blockchain va connaître son second souffle qui sera porté par un projet en particulier : Ethereum. Cette plateforme dédiée aux smart-contrats – concept repris à Nick Szabo – est portée par un ancien contributeur de Bitcoin Magazine : Vitalik Buterin.

Le jeune développeur russo-canadien et son équipe proposent bien plus qu’une simple copie du Bitcoin. Ethereum veut être l’infrastructure d’un “Ordinateur mondial” où des “Applications décentralisées” sont gérées par des “Organisations Autonomes et Décentralisées” (DAO). La promesse finale est l’utilisation de services transparents et sécurisés car hébergés sur une blockchain et non plus sur un serveur centralisé appartenant à une entité.

Ethereum RoadMap

Surtout, les projets utilisant la plateforme Ethereum peuvent être financés hors des circuits traditionnels par l’émission de “Tokens”. Cette nouvelle façon de lever des fonds pour des projets, appelée ICO pour Initial Coin Offering, va provoquer un élan sans précédent dans l’écosystème des cryptoactifs. Des personnes se sont intéressées à la blockchain et au système Ethereum, séduit par le principe de l’utilisation de l’Ether qui fonctionne comme du ‘’gaz’’ permettant la sécurisation et l’exécution du réseau, et non comme une réserve de valeur. Des profits ont alors été réalisés grâce à des projets entrepreneuriaux et non à l’accumulation d’unités d’actifs. Les conférences et débats se sont également multipliés.

2017 : la grande Bulle de “l’ICO-Mania”

Bitcoin profite d’être loin des projecteurs pour régler ses conflits internes, ce qui aboutit, le 1er août 2017, à une séparation des communautés et à la première séparation de sa Blockchain – hard fork. C’est la naissance de Bitcoin Cash.

Sans augmenter la taille des blocs, Bitcoin réalise alors des avancées techniques qui amènent de nouvelles possibiltés telles que le Lightning Network ou Liquid. Les investisseurs reprennent confiance dans l’actif qui a prouvé sa résilience et son statut “d’étalon financier” de l’industrie. Le Bitcoin redevient incontournable.

Du côté du domaine financier et des exchanges, les acteurs sont plus nombreux et plus professionnels. La capitalisation et les volumes sont aussi en augmentation, produits dérivés et investissements supérieurs à 1M$ ne font plus varier fortement les cours, le volume d’échange quotidien atteint des niveaux supérieurs à plusieurs milliards de dollars.

to the moonLa finance traditionnelle et les médias s’intéressent de nouveau à cet actif si particulier et les opportunistes avides de gains rapides font leur retour. La ‘’tendance Blockchain” émerge et il est question de “tokenisation de l’économie”. Ethereum fait aussi face à sa première grande difficulté, qui ne viendra pas de la blockchain ou d’un bug mais tout simplement des ICOs : aux projets sérieux ont succédé un certain nombre de projets opportunistes, qui ont levé des fonds à partir d’une simple idée mais incapables de la concrétiser par la suite, voire revendant sans scrupules les Ethers des investisseurs.

2018 : la grande Récession

Si la bulle de 2013 avait déjà fait du bruit, celle de 2017 est comparable dans ses excès à la bulle des valeurs Internet du début des années 2000. Les valorisations s’affolent, 100M$ peuvent par exemple être levés pour une application mobile et des tokens sans intérêt en moins de 24 heures.

Toutefois, des projets intéressants lèvent assez de fonds pour assurer leur développement pendant des années : MakerDAO, Aragon, Kleros… Ces projets résistent à la seule issue qui était possible pour ce marché s’étant déconnecté de toute valeur réelle : le retour du Bear Market.

crypto bear market 2018

Après le Noël le plus joyeux de l’histoire de la Blockchain en 2017, l’année 2018 commence par une chute brutale des cours, Les raisons sont proches de celles du précédent krach : la technologie n’est pas à la hauteur de ce qui avait été annoncé au grand public.

Ethereum était déjà vu comme le “nouvel internet”. Dans les faits, les gens découvrent qu’il faut s’atteler à une quinzaine d’étapes assez techniques pour pouvoir utiliser une application décentralisée : installation, configuration d’une extension sur leur navigateur, gérer le “prix du gas”… bien trop compliqué pour une utilisation par le grand public. Sans oublier les limites de la technologie : une populaire application de chats, Cryptokitties, qui réunit simplement quelques dizaines de milliers de curieux, fait trembler l’ensemble du réseau qui arrive à saturation.

Ethereum et Bitcoin sont parfaits sur le papier et pour les développeurs, mais l’écosystème souffre de ne pas avoir anticipé les nouveaux arrivants de 2017 qui n’ont pas tous une formation technique. L’expérience utilisateur est décevante, la technologie a fait d’énormes progrès par rapport à 2013 mais n’est pas suffisamment facile d’utilisation pour que le grand public y adhère. Des investisseurs arrivés sur le tard en 2017, plus intéressés par la spéculation que par la Blockchain, encaissent des pertes dès le début de l’année 2018. Les moins motivés quittent l’écosystème, déçus.

2018-2019 : Le meilleur moment pour découvrir la Blockchain

La grande Bulle de 2017 a un impact plus important que celle de 2013. Les régulateurs commencent à comprendre le potentiel de la technologie et la nécessité d’un cadre légal pour accompagner les entrepreneurs et investisseurs. En France, la loi Pacte ou le “Visa AMF” apparaissent. Le G20, le FMI, l’AMF ou la SEC aux États-Unis veulent produire un cadre fiscal et légal clair pour la Blockchain afin de favoriser l’émergence des projets sérieux de demain.

Le Marché devient accessible aux investisseurs institutionnels. Des acteurs comme l’InterContinental Exchange, propriétaire de la Bourse de New-York, placent leur pions. La start-up de l’ICE, Bakkt, devrait faire son entrée sur le Marché le 24 Janvier 2019. Les propositions de produits financiers tels que les ETFs arrivent à maturité et devraient avoir le feu vert des régulateurs dans les prochains mois.

L’écosystème a retenu la leçon, à l’image des “Crypto-Kitties” qui avait montré les limites de capacité de croissance des réseaux. Le travail s’oriente sur les solutions dites de “scalabilité” : Lightning Network ou Liquid pour Bitcoin, Serenity pour Ethereum. Sur le plan technique, l’expérience utilisateur et l’interface des applications (UX et UI) sont désormais une priorité. Les développeurs peuvent créer des applications où l’utilisateur final n’a plus conscience d’interagir avec une blockchain, le tout s’affichant en euros ou dollars sur son écran, les temps de transaction étant instantanés et les frais minimums. Pour les investisseurs, les Stablecoins se développent dans l’écosystème et sont une nouvelle manière de se protéger de la volatilité inhérente au secteur.

La nouvelle plateforme CDP portal de MakerDAO permet “d’automatiser” six interactions avec la Blockchain Ethereum en un seul clic.

Des logiciels et applications plus ergonomiques

Pour Bitcoin, le Réseau Lightning Network progresse vers la maturité technique et affiche de plus en plus d’efficience et de stabilité. Certains portefeuilles sur mobile comme l’Eclair Wallet porté par Acinq est intuitif à utiliser. La startup Opennode offre aux commerçants une solution pour accepter Bitcoin comme moyen de paiement en moins de dix minutes et de les convertir instantanément en monnaie fiduciaire grâce à un partenariat avec des acteurs bancaires, solution pour l’instant réservée aux citoyens américains mais bientôt élargie à tous.

ligtning network evolution

Côté Ethereum, les applications mobiles vont contribuer à rendre l’écosystème plus accessible. Metamask Mobile, Gnosis Safe ou encore Dether Wallet affichent une ambition d’expérience utilisateur aboutie. Metamask mobile va par exemple intégrer le système de ‘’State channels’’ début 2019 permettant des transactions de quelques secondes à un coût minimal dans le cadre d’interaction avec des Dapps de l’univers Ethereum.

Du côté des développeurs et des entrepreneurs, les outils tels que la suite Truffle, Remix ou les guides d’apprentissage tels que Cryptozombie.io ou la Consensys Academy rendent le développement sur Ethereum plus accessible. Autre exemple : Aragon a publié son outil Aragon Core qui permet de créer et gérer une une organisation décentralisée (DAO) en quelques clics pour un coût technique et financier minimum..

Tous ces projets très prometteurs devraient porter leurs fruits lorsque la correction du marché que nous connaissons actuellement sera terminée. Verra-t’on une nouvelle vague de “Hype” sur la blockchain ? Probablement. Mais les nouveaux arrivants qui en profiteront devront trouver un écosystème avec une infrastructure ”user-friendly”. Nous sommes peut-être à la veille de l’ère de la Blockchain ‘’Seamless’’, totalement intégrée à l’expérience utilisateur. Certains acteurs majeurs des prochaines années développent sûrement actuellement ce qui fera leur succès de demain. Il n’est donc pas “trop tard” pour découvrir la Blockchain, bien au contraire, il était probablement trop tôt auparavant.

 

partages
Bitnami